Numérique / Informatique

Par défaut

La pratique personnelle ne permet pas de résoudre les problèmes professionnels.

Comment intégrer ces technologies dans sa pratique professionnelle ?

Quelle informatique :

  • science du calcul pour poser le problème, le découper, le résoudre
  • interactions avec des artefacts, traitement de texte, tableur…
  • sociale, collectif, agrégation de jugement qui classe les entrées dans google par exemple

Comment construire une culture informatique ?

Etre autonome : curiositer, inventif dans l’utilisation, comprendre le fonctionnement (attitudes)

Outils informatifs utilisé en classe, il faut bien connaitre leur utilisation :

le smartphone : BYOD, usage est déterminé par l’activité à réaliser, il est à mi-chemin du téléphone et de l’ordinateur. Le numérique permet d’etre en contact avec d’autres objets connectés.
Qques usages qui répondent à un usage éducatif :

  • utiliser une application pour des exercices d’entrainement (comme en 1950, Skinner), ou pour écrire, produire pour qui, pour quoi ? (comme un ordinateur)
  • comme intermédiaire vers internet, pour un processus de classe inversée, pour un élément de partage vers un blog par exemple
  • continuum pour la communication, synchrones ou asynchrones, correspondance scolaire, projet scolaire, mise en réseau –> compréhension des espaces numériques, privés ou publics

Situation pédagogique inventive qu’est-ce que c’est ?

L’inventivité s’observe dans l’interaction, elle doit mêler le numérique et la pédagogie. L’appareil numérique ne doit pas servir uniquement à lire un livre ou prendre des notes. Il faut se questionner sur ce qui est remis en cause par l’instrument, puis de le détourner : ex copier sur qqu’un sans regarder ce qu’il fait ou discuter avec qqu’un sans être à coté. Le formateur doit préciser les objectifs et des limites pour transformer l’activité en une activité d’apprentissage. L’inventivité n’est pas sans effet sur la pédagogie. La posture de l’enseignant va changer.

Pistes d’exploration :

Dans l’enseignement en ligne, il y a un fort taux d’abandon. Une des solutions est de jouer avec l’identité des personnes. Essayer d’établir une forme personnalisé au forum qui dédramatise la conversation.

Il y a aussi de la démotivation en classe, le numérique peut casser un peu le rythme et redonner de l’intérêt à la séquence. Par exemple demander aux élèves de recourir à des petits films pour qu’ils s’impliquent fortement dans l’activité.

FabLab : machines à disposition des élèves en libre service pour aller du croquis à la réalisation. Toute la chaine numérique est disponible. ex une table numérique permet une collaboration sur des croquis avant un envoi sur une machine à commande numérique ou une pièce peut etre numérisé puis travaillée sur une machine de CAO avant d’etre imprimée sur une imprimante 3D. Numérisation et fabrication sont disponibles au même endroit.

 

 

Evaluer avec le numérique

Par défaut

Il y a une multiplication de formes d’évaluations.

évaluer c’est rendre compte d’une pratique, d’un apprentissage

l’évaluation et ses modèles :

le modèle de la mesure : elle sert de contrôle, de comparaison, de classement. Elle utilise la notation.

évaluation par objectif, centration sur l’apprenant, les évaluations sont fréquentes et mesurent la maitrise des objectifs. Difficile de classifier les objectifs (taxonomie). On peut citer l’enseignement programmé de Skinner ou enseignement adaptatif / compréhension de l’apprenant. Manque d’initiative de l’apprenant, le modèle est unificateur et il manque la vision globale de l’apprentissage.

évaluation formative, activité en contexte, insiste entre difference sommatif (pour certifier, faire un bilan) et formatif (permet des adaptations en cours d’apprentissage qui s’interresse à la démarche). Limite : difficulté des parcours diversifié.

modèle d’évaluation située : évaluer = rendre intelligible les situations, installer un débat de valeurs, il interroge sur le sens que le sujet donne à leur activité. Évalue des processus et des dynamiques. Réflexivité sur son activité. Exemple d’outil : le portfolio ou carte heuristique. Il faut réfléchir en termes de critères de réussite

Comment le numérique peut-il améliorer ces évaluations, faciliter l’individualisation des parcours ?

  • test automatisé – questionnaires
  • test adaptatif – le test s’adapte à la question précédente
  • logiciels qui diversifient les activités individuelles ou collectives
  • suivi simplifié par l’informatique pour garder des traces

Pour aller plus loin : Lucie Audet (2010), Les pratiques et défis de l’évaluation en ligne » ,  http://dev.refad.ca/evaluation_en_ligne.pdf.

Les forums de collaboration (Knowledge Forum)

Par défaut

Ils relèvent de préoccupations pédagogiques et sociologiques

Partir d’idées réelles, il faut une diversité d’idées, il faut réussir à élever le problèmes en améliorant les idées, produire un savoir collectif, arriver à cette représentation du problème.

Théorie de l’apprentissage

Par défaut

Béhavioriste :

n’observer que ce qui est observable

skinner

Constructiviste :

Piaget

les connaissances se construisent par l’action et par la découverte

TRICOT :

apprendre, s’adapter et mémoriser sont 3 synonymes .

Les humains sont toutefois capables d’apprendre de façon passive à l’école, par modification de environnement. C’est élaborer des démarches et automatiser des procédures. Etre capable de comprendre ce qu’avant on ne savait que faire.

Enseigner c’est concevoir des taches (le moyen, l’activité de l’élève) qui permettent à l’élève de se mettre en activité. taches d’études pour comprendre, de résolution de problèmes, de recherche d’information, de dialogue.

Artefact, objet, support construit par l’enseignant qui sera différent de ce que l’élève va en faire, instrumenter par l’usage (exemple: cabri-géometre est un artefact au service de l’enseignant). L’apprentissage passe par l’échange social, l’interaction avec les pairs.

Les ordinateurs sont des artéfacts donc au service de l’enseignement, mais pas des objets d’apprentissages en eux même. L’élève a besoin de l’enseignant pour savoir quand apprendre et quoi apprendre, il lui faut des contraintes.

 

Travail collaboratif

Par défaut

Processus qui cause l’apprentissage avec contrat spécifiant les interactions entre membres du groupe

But partagé

Division du travail et répartition des rôles

Attention à ne pas partager une tâche en sous-taches déléguées à celui qui sait faire –> aucun nouvel apprentissage.

Comment apprendre

  • Conflit socio cognitif par le désaccord social –> remise en cause qui favorise l’apprentissage
  • Expliquer aux autres
  • Compréhension partagée d’une question
  • par induction, trouver une représentation commune en prenant en compte le point de vue des autres
  • Internalisation, donner un sens aux interprétation des autres

Collaborer pour apprendre, mais il faut aussi apprendre à collaborer

Evaluation

Par défaut

Souvent pour les élèves, le plus important dans leurs études est les évaluation, bien avant ce que l’on apprend.

Il faut des compétences pour évaluer, mais les profs ont-il été formés à l’évaluation ?

Évaluer c’est recueillir un score, des réussite mais contient aussi des erreurs de mesure

Erreur de test :

le test est-il valide ? ie y-a-t-il adéquation et pertinence des résultats du test ?

  • le contenu du test est-il fidèle au contenu enseigné ?
  • le process mis en œuvre par l’élève est il celui attendu ?
  • cohérence interne : on n’évalue pas un cours magistral par une résolution de problème
  • relation avec d’autre variables
  • conséquences du test ?

Biais de la copie

Biais de l’évalué

Biais du correcteur